Quand le citoyen devient acteur
28/04/14

Depuis plusieurs années, les méthodes participatives se développent en science politique. Une manière de recueillir des avis de citoyens qui ne sont pas experts d’une thématique, afin d’enrichir la prise de décision. Le Spiral, centre de recherches de l’Université de Liège, a acquis une expertise en la matière et l’a rassemblée dans un ouvrage récemment publié, La participation à l’épreuve (1). Un livre qui revient sur les enseignements méthodologiques livrés par plusieurs recherches, afin de mieux cadrer cette démarche qui relève encore souvent de l’expérimentation.

COVER Participation épreuveImaginez 126 personnes réunies dans un même endroit le temps d’un long week-end. Ils ne se connaissent pas, ils ne parlent pas tous la même langue et proviennent de neufs pays différents. Ils sont censés discuter ensemble d’un sujet à propos duquel ils ne possèdent a priori aucune notion. Et qui se révèle pourtant très pointu : les neurosciences. Bizarre, vous avez dit bizarre ?

Pas tant que ça. L’expérience (pilote) a été organisée en 2006, à Bruxelles, dans le cadre du projet Meeting of Minds. Une rencontre entre 126 esprits lambda amenés à réfléchir sur un sujet qui, si l’on ne tient pas compte de son nom un brin rébarbatif, touche à la corde sensible de l’éthique couplée à la médecine. Et si demain cette discipline permettait non seulement de traiter certaines pathologies liées au cerveau, mais aussi de les anticiper voire carrément d’agir sur ce qui se passe dans nos méninges ? Les récentes avancées scientifiques laissent croire que ce scénario pourrait prochainement ne plus relever de la science-fiction. De quoi susciter le débat, même chez les non spécialistes.

Meeting of Minds avait été mis en place par la Fondation Roi Baudouin avec le soutien de la Commission européenne. Au terme de deux années de rencontres entre citoyens (répartis d’abord en panels nationaux puis tous réunis dans un même lieu), l’objectif était de réaliser un ensemble de recommandations à remettre aux responsables politiques nationaux et européens autour de six thèmes relatifs aux neurosciences et aux conséquences éthiques, juridiques et sociales que pourraient avoir celles-ci sur nos sociétés.

Expertise d’usage

Cette procédure expérimentale reste encore aujourd’hui assez inédite en son genre, de par son ampleur, son multiculturalisme et son multilinguisme. Elle est devenue l’un des exemples les plus représentatifs du recours à la participation. « La participation peut être considérée comme une technique de production de connaissances qui permet d’aller chercher ce que l’on appelle l’expertise d’usage, auprès de personnes qui ne détiennent pas de compétences reconnues ou labellisées scientifiquement. Comme c’est notamment le cas des astronomes amateurs qui en savent beaucoup sur les astres sans être des scientifiques du domaine mais qui pourtant participent à son enrichissement  », définit Sébastien Brunet, professeur à l’Université de Liège, Administrateur général de l’Institut Wallon de la Prospective et de la Statistique (IWEPS) et co-auteur de La participation à l’épreuve.

Cet ouvrage est en quelque sorte le « carnet de bord » du Spiral, le centre de recherches de l’ULg spécialisé dans l’expertise en matière de gestion des risques et d’évaluation des politiques publiques qui, depuis sa création en 1995, a développé dans le cadre de ses activités, des méthodologies particulières de collectes de données. La participation est devenue l’une de ses spécialités et le livre, récemment publié, regroupe les recherches réalisées par différents membres de l’équipe au cours des dix dernières années. Celles-ci permettent des retours sur expérience abordés d’un point de vue critique, en décrivant les défis méthodologiques qui peuvent se présenter, les facteurs qui participeront à l’échec ou au succès, les dispositifs à prévoir, etc.

Meeting of Minds n’est pas la seule expérimentation participative passée au crible. D’autres chapitres sont consacrés à l’application de cette démarche dans le cadre d’une éventuelle création d’une circonscription électorale fédérale en Belgique, à l’analyse de la gestion publique, à l’évocation des génocides avec les jeunes, au food terrorism…

(1) Sébastien Brunet, Frédéric Claisse et Catherine Fallon (dir.), La participation à l’épreuve, Bruxelles, P.I.E Peter Lang, 2013.

Page : 1 2 3 suivante