Nemo parle vraiment
05/09/07

Depuis Aristote, on sait que les poissons émettent des sons. Ce mode de communication repose sur plusieurs mécanismes complexes. Grâce à une technique originale, des chercheurs de l’ULg ont montré que les poissons-clowns produisent des messages sonores par voie buccale.

poisson clown

Son émis par le claquement
des mâchoires du poisson-clown.

Enregistrement réalisé à
l'Aquarium de la Rochelle.

Les poissons émettent des sons dans un but de communication. Deux mécanismes principaux président à la production de leurs messages sonores, à l'émergence des voix de l'océan : l'un implique les frottements de parties dures du corps l’une contre l’autre (dents pharyngiennes, nageoire pectorale contre sa ceinture, ect.), l'autre la vessie natatoire. Un nouveau mécanisme vient d'être découvert chez le poisson-clown par une équipe du Laboratoire de Morphologie Fonctionnelle et Evolutive de l'Université de Liège (Prof. P. Vandewalle). Ces travaux, publiés en mai 2007 dans la revue Science, furent dirigés par Eric Parmentier (collaborateur scientifique du FNRS) et réalisés en association avec des chercheurs américains et le Laboratoire de Morphologie Fonctionnelle de l'Université d'Anvers.

Pour la première fois vient d'être décelée chez un poisson, en l'occurrence le poisson-clown, une communication sonore par voie buccale. De sorte que, en maniant l'analogie, on pourrait avancer que ces poissons de la famille des Pomacentridae (environ 350 espèces) «parlent».

Dès les années 30, la littérature scientifique fait état de la capacité du poisson-clown à émettre des sons. Oui, mais comment ? Bien que de nombreuses hypothèses aient été formulées, aucune n'a été testée ni, a fortiori, vérifiée. L'originalité du travail d'Éric Parmentier et de son équipe est précisément d'avoir réussi à démonter le mécanisme de production sonore chez une des vingt-sept espèces de poissons-clowns : le poisson-clown de Clark (Amphiprion clarkii).

Page : 1 2 suivante