La lumière contre le cancer
27/01/12

L'oxygène, agent toxique

Concrètement, le PS présent dans les cellules cancéreuses absorbe cette lumière rouge, devient excité et transmet l'énergie à l'oxygène moléculaire O2. Il s'en suit une cascade de réactions au sein des cellules aboutissant à la formation d'espèces réactives de l'oxygène. L’espèce réactive dérivée de l’oxygène qui est formé par transfert d’énergie est l'oxygène singulet 1O2. Ce dernier a une courte durée de vie, mais est très destructeur pour les cellules. Il réagit avec les acides aminés, oxyde les lipides, altère les protéines, les mitochondries ou le noyau cellulaire et provoque des dommages irréversibles de l'ADN. C'est lui le véritable agent cytotoxique de la PDT.  Ces réactions photodynamiques provoquent la nécrose des tissus, l'apoptose et l'autophagie des cellules cancéreuses. Elles ont également des effets indirects qui augmentent l'efficacité du traitement comme la destruction de la vascularisation tumorale et l’induction de réactions inflammatoires et immunitaires.

De leur côté, les cellules cancéreuses ont des mécanismes de protection cellulaire pour limiter les effets cytotoxiques de la PDT. En essayant de comprendre ces mécanismes, le laboratoire de virologie et d’immunologie du GIGA-R a mis en évidence le rôle joué par plusieurs enzymes qui contrôlent ces mécanismes de défenses cellulaires. En inhibant ces enzymes, il est donc possible de priver les cellules cancéreuses de leurs défenses. « Les résultats obtenus sur les glioblastomes, qui font partie des tumeurs du cerveau les plus agressives, montre que l'inhibition de certaines enzymes clés augmente très significativement la sensibilité de la tumeur à la PDT. », s'enthousiasme Jacques Piette.

PDTprincipe

Page : précédente 1 2 3 4 suivante