Les territoires périurbains
07/03/16

L'urbanisation de la planète se poursuit à un rythme galopant, particulièrement dans les pays moins développés. D'ici à 2050, trois milliards d'individus supplémentaires devraient  se regrouper dans les villes et leurs périphéries. Les experts s'inquiètent : sans un minimum d'organisation, une telle évolution risque d'accentuer la précarité de pans gigantesques de la population mondiale. Au centre de leurs préoccupations : les "zones périurbaines", un concept en pleine émergence auquel vient d’être consacré un ouvrage de synthèse (1) sous la direction de Jan Bogaert, Directeur de l'Unité Biodiversité et Paysage à Gembloux Agro-Bio Tech/Université de Liège et Jean-Marie Halleux, Professeur de géographie économique à l'Université de Liège. L’occasion, aussi, de découvrir la plateforme « Afrique centrale » de l'ULg.

COVER Territoires periurbainsL'épopée humaine a connu diverses ruptures majeures. La révolution néolithique, porte ouverte vers la sédentarisation et l'agriculture, fut l'une d'elles, suivie par la révolution industrielle près de 10 000 ans plus tard. Depuis le siècle dernier, l’humanité connaît une nouvelle rupture : la transition urbaine. Celle-ci marque le glissement d'une période où la ruralité prédomine vers une période où l'urbanisation s'avère prédominante. En d’autres termes, les êtres humains deviennent très majoritairement des urbains. Cette transition urbaine frappe par sa rapidité : si près de trois milliards d’habitants vivent aujourd'hui en ville dans les seuls pays en développement, ils devraient être cinq milliards à l'horizon 2050 ! En Afrique subsaharienne, les chiffres donnent carrément le tournis : entre 2000 et 2050, le nombre de citadins aura été multiplié par cinq ; et la superficie des terres urbanisées, par douze !

Ce déplacement massif vers la ville constitue en réalité une transition périurbaine. C'est qu'il ne s'agit plus simplement de quitter la campagne pour s'installer en ville mais bien, étant donné l'ampleur de ce mouvement démographique totalement neuf, d'occuper l’espace d'une manière inédite. En effet, les espaces périurbains ne sont pas des villes au sens classique du terme, mais ils ne sont pas non plus la "campagne" pour autant. Comment définir ces territoires hybrides ? Et surtout, comment y organiser les activités humaines d'une façon harmonieuse, puisqu'ils sont destinés à accueillir – excusez du peu – la majorité des êtres humains de demain ? Telle est la question centrale d'un ouvrage collectif publié aux Presses agronomiques de Gembloux, "Territoires périurbains. Développement, enjeux et perspectives dans les pays du Sud". Coordonné et édité par Jan Bogaert et Jean-Marie Halleux, il rassemble les contributions de plus de quatre-vingt auteurs issus de disciplines très variées.

Un thème qui ne relève en rien du hasard

"Cet ouvrage est la suite d'un colloque organisé sur le même sujet en décembre 2013 à Gembloux, qui avait rassemblé des experts issus tant du Nord que du Sud, explique le Professeur Jan Bogaert, Directeur de l'Unité Biodiversité et Paysage à Gembloux Agro-Bio Tech. Il cherche à aller plus loin que la simple édition des actes de la rencontre. En effet, à la suite de celle-ci, nous avons jugé opportun d’organiser le travail des chercheurs en différenciant six grandes problématiques. La première n'est rien d'autre qu'une mise en contexte tentant de définir ce qu'est une "zone périurbaine". Dans l’ouvrage, nous abordons ensuite cinq enjeux prioritaires de ces zones périurbaines : les ressources naturelles, la sécurité alimentaire, la santé publique, le fonctionnement des services publics et, enfin, la planification spatiale et l’aménagement des territoires".

Le colloque et l’ouvrage de synthèse qui en est le fruit constituent, en fait, la première initiative institutionnelle de la Plateforme Afrique centrale, elle-même émanation du Centre pour le Partenariat et la Coopération au Développement de l'ULg (PACODEL). "La périurbanisation des pays du Sud a été choisie comme le thème fédérateur de la Plateforme Afrique centrale, précise Jan Bogaert, qui assure également la présidence du PACODEL. Choisir ce thème, c'était se placer au cœur des transformations rapides qui gagnent les sociétés des pays de cette partie du monde dans les domaines sociaux, culturels, économiques, environnementaux, etc... Un terrain idéal pour favoriser les échanges entre les chercheurs et les institutions du Nord et du Sud. Et cela, dans une perspective fédératrice où toutes les disciplines sont concernées, de la médecine à la sociologie, en passant par l'anthropologie, l'hydrologie, l'agronomie, la géographie, les sciences politiques et sociales, etc. N'oublions pas que 8 à 10 % des étudiants de l'Université de Liège dans sa globalité (Liège, Gembloux et Arlon) sont originaires des pays en développement..."

(1) Territoires périurbains. Développement, enjeux et perspectives dans les pays du Sud. Sous la direction de Jan Bogaert et Jean-Marie Halleux, Presses agronomiques de Gembloux, 2015. Disponible sur : http://orbi.ulg.ac.be/handle/2268/188554

Page : 1 2 3 4 suivante