Les microARNs, régulateurs de la migration des neurones
19/06/14

Régulateurs biologiques de l’expression des gènes, les microARNs ont été découverts dans les années 90. Dans le cadre d’une étude publiée dans la revue Cell Reports, l’équipe de Laurent Nguyen, du GIGA Neurosciences de l’Université de Liège, démontre pour la première fois l’importance de microARNs dans la régulation des gènes impliqués dans la migration des neurones corticaux.

Pour pouvoir entamer sa migration et atteindre sa position finale dans le cortex, le neurone de projection doit passer d’une morphologie multipolaire, en forme d’étoile, à une morphologie bipolaire. Cette transition multipolaire-bipolaire des neurones nouvellement formés est une clef de voûte, une étape indispensable, pour que la migration se déroule correctement. Et c’est en général le cas. Mais parfois, ce processus dérape, ce qui peut contribuer à l’apparition de maladies neurologiques caractérisées par une malformation corticale comme la lissencéphalie. L’équipe de Laurent Nguyen a montré que des microARNs sont impliqués dans la régulation fine des gènes qui contrôlent la migration des neurones. Ou plus exactement que deux d’entre eux ciblent le gène CoREST, connu pour être crucial dans la migration des neurones de projection. En l’absence de l’un ou l’autre de ces deux microARNs, les chercheurs ont observé une augmentation de l’expression du gène CoREST et donc, in fine, un dérèglement de la migration des neurones de projection.

Une des caractéristiques évolutives majeures des mammifères est le développement extraordinaire du cortex cérébral. Chez l’homme, sa surface atteint environ 2200 cm2, soit plus ou moins l’équivalent de quatre feuilles de papier au format A4. Composée principalement de neurones de projection (80%) et d’interneurones (20%), cette surface impressionnante tient dans la boîte crânienne grâce à la formation de circonvolutions, ces replis sinueux délimités par des sillons qui donnent au cerveau l’aspect d’un plat de macaronis.  illu CilPrimaire

C’est au cours du développement embryonnaire que les six couches de neurones du cortex cérébral se mettent en place et  s’organisent méticuleusement pour offrir à l’homme les fonctions sensorielles, motrices et d’association élaborées qu’on lui connaît. « Le cortex cérébral se développe à partir de la région antérieure du système primitif, le télencéphale », explique Laurent Nguyen, chef d’équipe au sein de l’Unité Neurobiologie du développement au GIGA Neurosciences de l’ULg.  « Des cellules souches locales donnent naissance à des vagues successives de neurones qui vont migrer pour former le cortex », poursuit le Chercheur qualifié du F.R.S.-FNRS et WELBIO.

Injection elecroporation plasmides 

Page : 1 2 3 4 suivante