Le développement des organismes sous le contrôle de SIRT1
09/06/11

Cap sur la rétine des souris et sur la queue des poissons zèbres

Franck Dequiedt et ses collaborateurs en Allemagne ont pu observer les effets d’une modulation du signal Notch via SIRT1 sur le branchement du système vasculaire, in vitro, mais également in vivo. « Lorsque l’on met des cellules endothéliales en culture sur un substrat, on peut voir si elles forment un réseau vasculaire plus ou moins branché en fonction de la force du signal Notch », indique Franck Dequiedt. « In vivo, on peut également observer cela au niveau du développement du système vasculaire de la rétine de souris après leur naissance »,  poursuit-il. Le patron formé par ce système vasculaire étant très bien conservé d’une souris à l’autre, il est aisé d’observer les différences causées par une perturbation de la voie de signalisation Notch.

zebre souris« Chez les souris sur lesquelles nous avions spécifiquement inactivé SIRT1 au niveau des cellules endothéliales, nous avons observé un réseau vasculaire de la rétine avec moins de branchement et de bourgeonnement, un système beaucoup plus simple », explique le scientifique. En effet, en inactivant SIRT1, les chercheurs ont favorisé l’acétylation de NICD et donc sa stabilité. Il en découle une intensité et durée du signal Notch importante et donc une diminution du nombre de cellule de tête prêtes à développer de nouveaux branchements vasculaires…CQFD !

Le même effet a été observé sur le développement du réseau vasculaire au niveau de la queue des poissons zèbres. « Les animaux que nous utilisons sont transparents au début de leur vie et constituent donc un modèle idéal pour observer des modifications de leur développement. Lorsqu’on inhibe SIRT1, on s’aperçoit que la croissance du réseau vasculaire de leur région caudale est réduite », indique Franck Dequiedt.  Ces expériences confirment donc l’action de la protéine SIRT1 sur la voie de signalisation Notch lors de l’angiogenèse. Qu’en est-il de l’effet de cette histone désacétylase dans le développement d’autres tissus sous l’influence du signal Notch ? « Nous avons déjà observé la même régulation au niveau du développement des cellules musculaires », répond Franck Dequiedt. Le mécanisme de contrôle de l’intensité et de la durée du signal Notch par SIRT1, décrit récemment dans la revue Nature, serait donc un mécanisme généralisable à l’ensemble des tissus dont le développement dépend de la voie de signalisation Notch. 

Page : précédente 1 2 3