La protéine qui aggrave la maladie d’Alzheimer
28/01/14

Un inhibiteur en cours de synthèse

Dans un futur proche, les chercheurs comptent s’attaquer à 3 nouveaux volets de cette recherche. Le premier consistera à essayer de comprendre pourquoi une minorité de patients atteints de la maladie d’Alzheimer ne présentent pas des niveaux accrus d’ITPKB dans leur cortex et hippocampe. « Nous voudrions ainsi définir les facteurs génétiques ou autres qui mènent à la surexpression d’ITPKB chez la majorité des patients », indique Stéphane Schurmans. Un second volet visera à analyser si la surexpression de cette enzyme entraîne chez l’homme, comme chez la souris, une aggravation de la maladie. Enfin, lors d’expériences préliminaires, les chercheurs ont démontré que l’utilisation d’un inhibiteur d’ITPKB permet de diminuer la production de peptides amyloïdes par des neurones en culture. Suite à ces résultats et réalisant le potentiel d’une telle découverte,  la grande firme pharmaceutique suisse qui développe cet inhibiteur a préféré garder cet inhibiteur en ses murs. « Nous travaillons actuellement en collaboration avec des chercheurs qui synthétisent un nouvel inhibiteur d’ITPKB », indique le Professeur. « Si nous pouvons obtenir une grande quantité de cet inhibiteur, nous pourrons voir quel effet il engendre chez des souris modèles de la maladie d’Alzheimer ».  Il faut maintenant donner du temps à la recherche, investiguer davantage, assembler les pièces du puzzle…Et si celles-ci s’emboîtent, peut-être qu’un jour ITPKB pourrait devenir une cible pour atténuer la maladie d’Alzheimer ou en retarder le développement.

Protéine APP

Page : précédente 1 2 3 4