Les métastases au foie, un terrain propice pour la thérapie ciblée
13/11/13

Les métastases jouent un rôle important dans les décès dus au cancer. Le foie est un des trois organes que les métastases de nombreux cancers colonisent. L’étude des métastases hépatiques est donc stratégique en vue de développer de nouveaux traitements anticancéreux, notamment des thérapies ciblées. Malheureusement, les tumeurs hébergent une population cellulaire hétérogène qui est capable de survivre aux traitements. Mais des chercheurs de l’Université de Liège ont récemment démontré que cette hétérogénéité ne se traduit pas forcément au niveau des protéines présentes dans les cellules cancéreuses. Ils sont également parvenus à identifier deux cibles potentielles au niveau des métastases hépatiques de cancer du colon.

Le cancer du colon ou cancer colorectal est un des cancers les plus fréquents qui touche à la fois les hommes et les femmes. Sur 7,6 millions de décès par cancer dans le monde en 2008, plus de 600.000 d’entre eux sont survenus suite à un cancer du colon selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). L’une des caractéristiques du cancer est la prolifération anormalement rapide et incontrôlée des cellules qui peuvent alors se disperser dans d’autres organes du corps humain. Ces métastases sont la cause principale de décès par cancer. 


Lorsqu’il est diagnostiqué, le cancer du colon a déjà développé des métastases qui dans 20 à 30% des cas ont envahi le foie. « Quand la tumeur traverse les parois du colon pour se disperser, le foie est le premier organe où on retrouve des métastases. Les métastases au foie sont également fréquentes dans les cas de cancers du sein, des poumons , du pancréas et de nombreux autres cancers », explique Andrei Turtoi, Chargé de recherches F.R.S.-FNRS au Laboratoire de Recherche sur les Métastases (LRM) du GIGA-Cancer à l’ULg. Le foie est donc un élément clé pour l’étude des métastases.

Etapes cancer Colon

Quand la chirurgie ne suffit pas

Tant qu’il ne développe pas de métastases, le cancer du colon se soigne. Par contre lorsque les métastases atteignent le foie, seulement 30% des patients sont opérables. Alors que cette minorité se porte mieux (25% survivent 5 ans), 95% des patients non opérables meurent dans les 5 ans. « Pour 70% des patients qui présentent des métastases dans le foie la chirurgie n’est même pas une option » souligne Andrei Turtoi. « C’est pourquoi les scientifiques tentent de trouver d’autres types de traitement contre les métastases et en particulier celles du foie », poursuit-il. Aujourd’hui, beaucoup d’espoirs reposent sur la thérapie ciblée. Ce terme désigne les médicaments qui agissent spécifiquement sur une protéine ou un mécanisme impliqué dans le développement de la tumeur. Théoriquement, ces composés tuent les cellules cancéreuses mais ne causent pas de tort aux cellules saines, contrairement à la chimiothérapie ou à la radiothérapie qui causent souvent des dommages collatéraux limitant la possibilité d’augmenter les doses pour tenter de venir à bout du cancer. « Le principe de base de la thérapie ciblée est qu’elle dépend directement des protéines présentes dans la tumeur. Dans un type de thérapie ciblée, ces protéines doivent être facilement accessibles afin que les anticorps ou les conjugués anticorps-médicaments puissent les atteindre et s’y lier», précise le spécialiste. Les protéines cibles choisies sont donc généralement des protéines que l’on retrouve à la surface des cellules cancéreuses.

Page : 1 2 3 suivante