Damien Ernst

Parcours

Le moins qu’on puisse écrire est que Damien Ernst a toujours su ce qu’il voulait faire : « A 12 ans, j’avais déjà une immense fascination pour la science et pour la physique entre autres.   Adolescent, j’avais un poster d’Andréï Sakharov dans ma chambre ! » C’est pourtant vers des études d’ingénieur qu’il se tourne… tout en gardant tout de même ouverte la voie vers la physique : « après les candidatures, je me suis inscrit en première technique électromécanique principalement parce que j’avais beaucoup de mes amis qui avaient pris cette orientation. Mais je n’aimais pas trop et j’avais déjà prévu de consacrer mes grandes vacances à étudier des cours de physique pour passer en deuxième master ingénieur physicien.»  La réussite brillante d’un examen en théorie des circuits et la persuasion  du titulaire de ce cours, le professeur Mania Pavella, feront basculer le jeune étudiant vers le génie électrique. En 1998, Damien Ernst décroche donc son diplôme à l’Université de Liège avec un travail de fin d’études sur les réseaux électriques, particulièrement le phénomène de perte de synchronisme qui peut conduire à des black out en quelques secondes.

Changement de direction pour la thèse de doctorat (soutenue en 2003), consacrée à ce qu’on appelle l’apprentissage par renforcement. « Mais j’ai utilisé ces théories pour résoudre des problèmes de commande, de prise de décision dans des réseaux électriques. Après ma thèse, j’ai continué dans cette voie et j’ai beaucoup publié sur le sujet ». C’est l’époque du post-doc, trois années financées par le FNRS et passées notamment à Carnegie Mellon et au MIT aux USA, et à l’ETH à Zurich.

Damien Ernst prend alors la direction de la France où il est nommé professeur dans une école d’ingénieurs, Supélec de Rennes.  « Une année (2006) extraordinaire, se souvient-il, notamment grâce aux contacts avec l’industrie française. » Retour au FNRS (2007-2011) en tant que chercheur qualifié cette fois, période pendant laquelle il reprend ses travaux sur l’apprentissage par renforcement. Depuis 2011, il occupe la chaire EDF-Luminus à l’Université de Liège, chaire financée pendant 5 ans pour réaliser des recherches sur les smart grids , les réseaux intelligents. « J’ai beaucoup appris en travaillant plus étroitement avec l’industrie dans le cadre  de  cette chaire. Cela m’a permis d’avoir une vision plus complète, moins académique aussi, des systèmes énergétiques. J’ai pu également monter de chouettes projets de recherche dont l’objectif est de faciliter l’intégration des énergies renouvelables au sein des réseaux électriques. »

Publications

Consulter la liste de publications sur ORBI

Contact

dernst@ulg.ac.be

Voir article(s) et reportage(s)

Intelligence artificielle et jeux vidéos
Des réseaux électriques aux connexions entre neurones
Energie électrique : quel futur ?
Risque majeur de blackout : que faire ?
Le prix de l'énergie va-t-il exploser? (Video ULg.TV)
Quelles perspectives pour les énergies renouvelables en Wallonie? (Liège U)
Energie verte (15e jour du mois)