Georges Daube

Parcours

Diplômé en Sciences vétérinaires depuis 1985, et docteur en Sciences vétérinaires depuis 1993 dans le domaine de la bactériologie (Université de Liège), Georges Daube, qui a débuté sa carrière en bactériologie vétérinaire, s’est spécialisé en microbiologie des aliments à l’Université de Lille et est actuellement vice-président du département des Sciences des Denrées alimentaires de la Faculté de Médecine Vétérinaire de l’ULg. « On a créé pour moi, en 1996, une chaire en microbiologie des aliments, c’est-à-dire la caractérisation des micro-organismes contenus dans les aliments. Ce faisant, on créait un nouveau secteur, qui s’est rapidement développé, dès la fin des années 1990, au fil des crises alimentaires ». Une spin-off, Quality Partner, est d’ailleurs née dans le sillage de ce service, devenu « le plus gros laboratoire belge de microbiologie alimentaire, et traite les demandes de routine du secteur privé et public. Le laboratoire universitaire assume aujourd’hui seulement des rôles d’expertise, d’enseignement et de recherche ». Jusqu’à 2009, Georges Daube a géré le laboratoire national de référence en microbiologie des aliments de l’Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire (AFSCA) ; il se consacre aujourd’hui entièrement à l’enseignement et la recherche. « Une thématique de recherche du laboratoire a d’abord été celle de la détection d’organismes pathogènes dans les aliments, avant de s’orienter vers deux créneaux: les bactéries anaérobies (qui ne peuvent se cultiver qu’en l’absence de l’oxygène de l’air ambiant) et, à la faveur d’avancées technologiques au début des années 2000, la caractérisation des écosystèmes microbiens des aliments. Nous sommes l’un des laboratoires pionniers dans ce domaine ». Georges Daube est actuellement professeur ordinaire à l’Université de Liège et conseiller scientifique de la société Quality Partner.

Publications

Consulter la liste de publications sur ORBI

Contact

Georges.Daube@ulg.ac.be

Voir article(s) et reportage(s)

Détecter les pathogènes dans les fruits de mer
De la boîte de Pétri à la bioinformatique