Dépister la cardiomyopathie peripartum
14/05/13

La cardiomyopathie du peripartum est une complication qui peut apparaître chez la femme en fin de grossesse et jusqu’à six mois après la naissance du bébé. Peu fréquente, cette insuffisance cardiaque touche une femme enceinte/jeune maman sur 3500 dans nos régions. Sa prévalence est cependant nettement plus grande en Afrique et bat tous les records en Haïti, où on dénombre un cas sur 300.  En cause, un fragment de la prolactine, hormone impliquée notamment dans la croissance des glandes mammaires et la stimulation de la production de lait.
Dans une étude réalisée en collaboration avec des chercheurs allemands et sud-africains, l’équipe d’Ingrid Struman de l’Université de Liège met en évidence un biomarqueur, un microARN, qui permet de distinguer cette maladie d’autres maladies cardiaques dans le cas de l’observation d’une insuffisance cardiaque. Des recherches qui éclairent aussi le mécanisme de formation de la maladie : le fragment de prolactine détruit les vaisseaux sanguins et libère ainsi des microARNs qui vont à leur tour détruire les cellules du muscle cardiaque.

Illu PPCMIntimement liée à son existence, la grossesse ne cesse pourtant de fasciner l’homme. Où qu’elle aille, la femme enceinte attire le regard, renvoie l’image d’une féminité à la fois forte et fragile et suscite inévitablement la curiosité de son entourage. La grossesse est une expérience que beaucoup de femmes sont impatientes de vivre pendant que d’autres en redoutent les petits maux qui l’accompagnent. En effet, bien que l’événement annoncé par la grossesse soit qualifié d’heureux, les neuf mois nécessaires pour y parvenir ne sont pas que plaisir et béatitude face à un ventre qui s’arrondit. Les signes dits « sympathiques » de grossesse n’ont souvent rien de sympathique : nausées, grosse fatigue, maux de dos, constipation, brûlures d’estomac, troubles de la circulation et du sommeil etc. L’apparition et l’intensité de ces troubles varient selon les femmes ou même selon les grossesses chez une même femme. 

Une insuffisance cardiaque liée à la grossesse

Ces signes sympathiques de grossesse tirent plus que probablement leur nom du fait qu’ils sont tout à fait normaux et témoignent du bon développement du bébé. Cependant, les médecins doivent y être attentifs et pouvoir déceler si l’un ou l’autre de ces symptômes est exacerbé et pourrait augurer d’éventuelles complications. Difficilement identifiable, la cardiomyopathie du peripartum  est une des complications qui peut apparaître chez la femme en fin de grossesse et jusqu’à six mois après la naissance du bébé. Peu fréquente, mais trop pour rejoindre la catégorie des « maladies rares » (un cas sur 5000), cette insuffisance cardiaque touche une femme enceinte/jeune maman sur 3500 dans nos régions. Sa prévalence est cependant nettement plus grande en Afrique et bat tous les records en Haïti, où on dénombre un cas sur 300.

Page : 1 2 3 4 suivante