La migration des interneurones corticaux
09/11/12

Figure-4Objectifs : contraction de l’actine et polymérisation des microtubules

« La protéine p27 contrôle la migration des interneurones du cortex via deux voies moléculaires différentes. Ces voies touchent deux composants du cytosquelette cellulaire : l’actine et les microtubules », précise Laurent Nguyen. « Deux domaines distincts de cette protéine sont responsables l’un de la fonction sur les microtubules, l’autre de la fonction sur l’actine. Et nous avons pu démontrer que ces deux fonctions de p27 sont indépendantes l’une de l’autre », poursuit Juliette Godin, chercheuse au sein de l’équipe de Laurent Nguyen et premier auteur de l’étude. Côté actine, un domaine de la protéine p27 interagit avec la protéine RhoA connue pour activer, suite à une cascade de réactions, la myosine qui régule les contractions de l’actine. « En interagissant avec RhoA, p27 contrôle le niveau d’activation de la myosine et donc les contractions et mouvements de l’actine », reprend Juliette Godin. En ce qui concerne les microtubules, les scientifiques ont montré qu’un autre domaine de p27 joue un rôle important dans la polymérisation de ces derniers. 

« Cela correspond à la croissance des microtubules de laquelle dépend la croissance des neurites, les branchements formés par les neurones », explique la chercheuse.Cette étude est la première étude à mettre en évidence le rôle de p27 dans le contrôle de la dynamique des microtubules. Cette découverte pourrait avoir un impact majeur sur la compréhension de la division cellulaire en général étant donné l’implication des microtubules dans ce processus.

Revisiter le rôle de p27 dans le cycle cellulaire

Mieux comprendre le développement du cortex cérébral et en l’occurrence ici la migration des interneurones permettra à plus long terme de mettre au point des stratégies pour traiter certains désordres neurologiques. « Il s’agit ici de recherches fondamentales, d’un travail de base qui permet de fournir les informations critiques qui serviront à développer ces stratégies dans le futur », indique Laurent Nguyen. La présente étude montre que p27 est une molécule chef d’orchestre qui contrôle différents paramètres du développement des neurones. En effet, outre son implication dans la prolifération et la sortie de cycle de ces cellules, la petite protéine contrôle, au moyen d’autres voies moléculaires, la migration des interneurones.

 

Page : précédente 1 2 3 4