365 millions d’années et pas une ride
07/09/12

Cela reste encore un mystère : comment les insectes ont-ils fait leur apparition sur Terre ? Une découverte réalisée à Strud, dans la province de Namur (Belgique), pourrait bien contribuer à mieux comprendre l’origine de ces petites bestioles. Une équipe de chercheurs (issus, entre autres, de l’Université de Liège) a sorti des roches le plus ancien fossile complet d’insecte. Baptisé Strudiella devonica, celui-ci a vécu il y a pas moins de 365 millions d’années. Et malgré son grand âge, il s’est révélé particulièrement bien conservé.

Strudiella-devonicaTout commence avec un autre fossile, non moins important, qui dormait dans les collections de l’Université de Liège depuis une éternité. Depuis la fin du 19ème siècle plus précisément. À l’époque, le géologue Maximin Lohest (qui, pour la petite histoire, est également celui qui a découvert – avec l’aide du préhistorien Marcel De Puydt – les ossements de l’ « Homme de Spy »(1) l’avait déposé là, Le paléontologue en était alors persuadé : ce fossile, selon lui, ne pouvait être qu’une mandibule (de sept centimètres de long) de poisson, datant du Famennien supérieur. Mais il ne mènera pas plus loin ses analyses et sa découverte restera là, dans les collections de l’ULg, au milieu d’autres fossiles inexploités.

Jusqu’à ce qu’un jeune paléontologue du Museum national d’Histoire naturelle de Paris, Gaël Clément, repère le dessin de ce fossile dans une vieille publication. Pour lui, quelque chose ne tourne pas rond : l’orientation des dents, la mâchoire… rien de tout cela ne ressemble réellement à une mandibule de poisson. Il débarque à Liège, étudie de plus près ce morceau de grès et y remarque une inscription laconique : « Strud ».  

Il faudra quelque temps pour associer ce nom à une petite carrière située dans un village de la commune de Gesves, dans la Province de Namur en Belgique. L'équipe liégeoise de chercheurs associés à la nouvelle carte géologique de Wallonie retrouva l'exacte localisation de la carrière d'où provenait la mandibule. Un « trou » d’à peu près quatre mètres de large et quinze mètres de long, qui est alors passé au peigne fin.

En 2003, Gaël Clément confirme son intuition : le fossile n’est pas celui d’un poisson, mais d’un tétrapode, l’Ichthyostega. Une (re)découverte qui fit grand bruit à l’époque. Mais ça, c’est une autre histoire(2).

Et l’arthropode fut

Car depuis lors, les recherches dans l’ancienne mine de Strud n’ont jamais cessé. Sous l’égide du Museum national d’Histoire naturelle de Paris, de l’Institut royal des Sciences naturelles de Bruxelles et de l’ULg, une à deux fois par an, pendant une dizaine de jours, une équipe se rend sur place et continue de sonder les roches. Des roches apparemment riches. La rivière qui passait par là il y a plus de 365 millions d’années (aujourd’hui entièrement comblée par des sédiments) a laissé beaucoup de traces. Des fossiles – plutôt bien conservés – de crustacés, de plantes, de vertébrés,…

Page : 1 2 3 suivante