Tumeurs de l’hypophyse: la chasse aux gènes est ouverte !
01/03/11

Les hormones hypophysaires régulent une grande partie des fonctions du système endocrinien. Lorsqu’une tumeur se déclare au niveau de l’hypophyse, les conséquences sur l’organisme peuvent donc être multiples. Albert Beckers étudie les adénomes hypophysaires et a décrit une nouvelle forme héréditaire de ces affections, le FIPA. Il est aujourd’hui sur la piste de gènes de prédisposition à ces tumeurs.

ÀGéants l’image du sympathique Hagrid dans la saga « Harry Potter », les géants prennent le plus souvent vie lorsqu’on se plonge dans un film fantastique ou lors de la lecture d’un conte pour enfants. Mais pas seulement ! En effet, le gigantisme est un syndrome rare survenant chez l’enfant ou l'adolescent et qui se caractérise par une taille largement supérieure à la normale. Ce syndrome est dû à un adénome, une tumeur bénigne, apparaissant au niveau de l’hypophyse chez l’enfant ou l'adolescent. Plus précisément, il s’agit d’un adénome somatotrope, c’est-à-dire qui touche un certain type de cellules hypophysaires appelées somatotropes et qui engendre une hypersécrétion d’hormones de croissance. Lorsque cette maladie se déclare chez l’adulte, elle provoque alors une acromégalie, soit une augmentation anormale de la taille des tissus mous, des pieds, des mains et une déformation du visage...

Bénins dans la majorité des cas, les adénomes hypophysaires sont des tumeurs qui se développent au niveau de l’hypophyse. Egalement appelée « glande pituitaire », cette dernière est une glande endocrine située à la base du cerveau et est responsable de la sécrétion de nombreuses hormones indispensables au bon développement et fonctionnement de l’organisme. Elle a longtemps été considérée comme le chef d’orchestre du système endocrinien en raison de son activité de régulation de fonctions telles que la croissance, la lactation, la reproduction, l’activité des glandes surrénales et de la glande thyroïde etc. Si les scientifiques ont depuis longtemps découvert que l’hypophyse est elle-même régulée par les hormones provenant de l’hypothalamus, son rôle n’en est pas moins crucial. Elle est composée de nombreux types cellulaires qui sécrètent chacun une ou plusieurs hormones. Parmi celles-ci on compte notamment l’hormone de croissance (GH), la prolactine (PRL), l’hormone follico-stimulante (FSH), l’hormone lutéinisante (LH), la thyréostimuline (TSH) et l’hormone adrénocorticotrope (ACTH). 

Page : 1 2 3 4 suivante