Philippe Steemans

Parcours

«Contrairement à d’autres, confie Philippe Steemans, je ne suis pas tombé dedans quand j’étais petit. J’ai choisi mes études le jour de mon inscription à l’université !» A 18 ans, le jeune homme est attiré par la nature, la montagne, les sciences, les voyages… Il s’inscrit à la faculté des sciences de l’ULg, où les cours de géologie lui tendent les bras dès la deuxième candidature. En 1980, il entame une thèse de doctorat en palynologie, la science qui étudie ,entre autre , les spores et les pollens fossiles. Mais c’est dans le privé que Philippe Steemans décroche son premier emploi : prospecter la Belgique et la France pour le compte de la S.A. Carmeuse à la recherche de nouveaux gisements de calcaire exploitables en carrière. Après un an, il est nommé chef du «service extraction et dispatching» à la carrière de Moha. Mais se sentant de plus en plus éloigné de la géologie, Philippe Steemans démissionne pour revenir à l’université où il réalise notamment des expertises pour le Service géologique de Belgique. Il devient chercheur qualifié au FNRS en octobre 1990. Aujourd’hui, Philippe Steemans travaille dans le service de paléobotanique, paléopalynologie et micropaléontologie de l’ULg, un secteur de recherche fondamentale, s’il en est ! Ce qui ne l’a pas pour autant coupé de la géologie appliquée. «A la fin de ma thèse, une crise d’identité m’avait perturbé, se souvient le chercheur : en quoi étais-je utile à la société ?» Très tôt dans sa carrière de chercheur, Philippe Steemans a établi des collaborations avec des sociétés pétrolières comme TotalPetroFina, Petrobras, Aramco etc. «C’est probablement la plus grande satisfaction personnelle que je retire de mes travaux : la démonstration que la recherche fondamentale et la recherche appliquée sont intimement liées et interdépendantes.»

Consulter la liste des publications de Philippe Steemans sur ORBi

Contact

P.Steemans@ulg.ac.be

Voir article(s) et reportage(s)

Les plantes terrestres prennent un coup de vieux