Amérique du Sud, Amérique latine

Ces deux ensembles géographiques ne se confondent que partiellement.

L’Amérique du Sud, objet du livre de Sebastian Santander, est la partie méridionale du continent américain, qui s’étend, en latitude, jusqu’aux zones polaires Nord et Sud. Le sous-continent sud-américain se trouve au sud et à l’est du canal de Panama, qui traverse le mince isthme centre-américain et permet à la navigation de joindre les océans Atlantique et Pacifique sans passer par le Cap Horn, à l’extrême-sud du continent.

Le mot «Amérique» est issu du prénom du navigateur italien Amerigo Vespucci, qui fut le premier Européen à suggérer que le continent découvert en 1492 n’était pas les «Indes orientales», comme on le croyait à l’époque (d’où le nom d’«Indiens» erronément donné aux autochtones), mais un Nouveau monde encore inconnu des Européens.

L’Amérique du Sud est composée de 12 pays (sans compter la Guyane, département français d’outre-mer) et s’étend sur 17 840 000 km2, ce qui la classe au quatrième rang mondial pour la superficie, après l’Asie, l’Afrique et l’Amérique du Nord.

Sa population de quelque 380 millions d’habitants, parlant principalement l’espagnol et le portugais (Brésil) la situe au cinquième rang mondial après l’Asie, l’Afrique, l’Europe et l’Amérique du Nord. En réalité, l’Amérique du Sud possède une diversité ethnique et linguistique beaucoup plus large que ne le laissent apercevoir les statistiques sommaires. On y dénombre près de 600 langues appartenant à 115 familles linguistiques différentes. Mais elles sont essentiellement parlées par les descendants des premiers habitants du continent, les Amérindiens, qui ont été en exterminés en grande partie par les conséquences de la colonisation européenne. La plupart des langues amérindiennes sont en voie d’extinction.

Carte géo amérique du SudL’économie et la situation sociale de l’Amérique du Sud sont extrêmement contrastées, sur un éventail allant d’une réelle prospérité à la grande pauvreté. Le Brésil (186 millions d’habitants) en est, de très loin, la première puissance économique, suivi par l’Argentine (38,5 millions), la Colombie (41 millions) et le Chili (16 millions).

Sur le plan géographique, l’Amérique du Sud détient plusieurs records mondiaux : elle abrite notamment le fleuve au débit le plus important (l’Amazone), la chaîne montagneuse la plus longue (la cordillère des Andes), le désert le pus aride (l’Atacama, au nord du Chili), la capitale la plus haute (La Paz, Bolivie : 3 700 m.), la ville la plus australe (Puerto Toro, Chili : 55°O5’ lat. sud.)…

L’Amérique latine est un ensemble plus vaste. Il comprend l’ensemble des pays du continent américain où l’on parle des langues latines ibériques (espagnol et portugais) et le français (Guyane, Haïti, Martinique, Guadeloupe). Les régions francophones d’Amérique du Nord (Québec, Acadie…) en sont traditionnellement exclues. Sur le plan géographique, l’Amérique latine inclut le sud de l’Amérique du Nord (Mexique : 105 millions d’habitants), les Antilles latines (Cuba, Porto Rico…), les pays d’Amérique centrale (Guatemala, Nicaragua, Honduras…) et l’Amérique du Sud (à l’exception de la Guyana, anglophone, et du Surinam, néerlandophone).

Sous un angle géopolitique, l’Amérique latine est généralement considérée comme un ensemble distinct de l’Amérique du Nord, très majoritairement anglo-saxonne.

L’Amérique latine compte 24 pays s’étendant sur 22 millions de km2 et abrite quelque 550 millions d’habitants. Son «poids» démographique et géographique est, donc, sensiblement supérieur à celui de la seule Amérique du Sud.