Bertrand Bonfond

Parcours

Bertrand Bonfond a toujours été passionné par l’espace. En quatrième primaire déjà, il présentait un exposé sur les planètes. Devenu ensuite un fidèle auditeur des conférences de la Société Astronomique de Liège (SAL), il suit le conseil de ses professeurs et opte pour des études d’ingénieur physicien.

Diplômé de l’Université de Liège en 2005, il se lance dans un DEA en astrophysique et géophysique en vue de commencer une thèse de doctorat dans le Laboratoire de Physique Atmosphérique et Planétaire de l’Université de Liège (LPAP). Son mémoire de DEA, défendu en 2007, portait sur l’observation avec le télescope spatial Hubble des aurores sur Jupiter. Recherches qu’il peaufine au cours d’une thèse de doctorat défendue en 2009, où il se penche plus particulièrement sur l’empreinte aurorale du satellite Io.

Au cours de l’année suivante, Bertrand Bonfond se rend à l’Université de Californie à Los Angeles, où il travaille sur les données récoltées par la sonde spatiale Galileo. Après un bref retour à Liège, il repart pour une année, dans le Colorado cette fois, au Southwest Research Institute. Il met au point des outils pour optimiser les futures observations de la sonde spatiale Juno, notamment en établissant des cartes des différents objectifs atteignables en fonction des différentes phases de la mission et en simulant de façon aussi réaliste que possible les futures observations .

En 2013, il revient à l’ULg, sous un mandat de chargé de recherche FNRS. Il y poursuit principalement des observations sur les régions encore méconnues des aurores joviennes. Les recherches de Bertrand Bonfond sont aujourd'hui financées par un contrat PRODEX de BELSPO, la politique scientifique fédérale belge.

Publications

Consulter la liste de publications sur ORBI

Contact

B.Bonfond@ulg.ac.be

Voir article(s) et reportage(s)

Mise en lumière des aurores de Jupiter
Surprise autour des aurores polaires de Jupiter