Marc Hanikenne

Parcours

Sa licence en Sciences botanique en poche (1999), Marc Hanikenne entreprend un doctorat au laboratoire de génétique des microorganismes, toujours à l’ULg. Il est alors aspirant FNRS et travaille sur la résistance de Chlamydomonas reinhardtii au cadmium, un métal blanc mou et malléable. En 2003, Marc Hanikenne défend sa thèse et part faire un post-doctorat pendant trois ans en Allemagne. Durant cette période, il fait partie du Research Training Network «Metalhome», un réseau européen qui étudie l’homéostasie des métaux chez les plantes. Il mène sa recherche à Potsdam, dans la banlieue de Berlin, à l’Institut Max Planck de physiologie moléculaire végétale.

En 2006 il rentre au bercail pour devenir chargé de recherche FNRS au laboratoire de Génomique Fonctionnelle et Imagerie Moléculaire Végétale ( dirigé par Patrick Motte) du département des Sciences de la vie. Il étudie alors les gènes impliqués dans les mécanismes d’homéostasie des métaux chez Arabidopsis halleri, une plante qui vit naturellement sur des sols pollués par des métaux et les accumule au niveau de ses feuilles. En octobre 2010, Marc Hanikenne a été nommé Chercheur Qualifié F.R.S.-FNRS au sein du laboratoire.

Publications

Consulter la liste de publications sur ORBI

Contact

Marc.Hanikenne@ulg.ac.be

Voir article(s) et reportage(s)

L’ancêtre des Eucaryotes, un organisme déjà complexe
Le secret des «sœurs Arabettes»
Une mine d'or génétique